Si Deauville m’était conté … en mode glamour

orlando-bloom-e-clap [68885]

Orlando Bloom serait-il “l’homme idéal” ? Le public féminin est déjà conquis par le charme – et le talent – de  l’Elfe Legolas de la saga “Le Seigneur des Anneaux”. A l’exemple d’Audrey. Cette lycéenne, dès onze heures ce dimanche 6 septembre, brûlait les planches dans l’espoir d’apercevoir l’acteur anglais lors de l’inauguration de la Cabine huit heures plus tard. Et ce n’est pas la peur d’être de nouveau serrée “comme une sardine” qui l’empêcha d’espérer – peut-être en vain –  deux heures trente de plus, aux barrières du tapis rouge.

C’est donc pour les beaux yeux de cet acteur anglais de trente-huit ans qu’Audrey patienta. Peut-être même espéra-t-elle devenir, le temps d’un instant, Louise Bourgoin qui remit à Orlando Bloom une distinction …en jouant à la perfection une spectatrice amourachée. Mais revenons du côté des salles obscures avec aujourd’hui deux films en compétition.

“I Smile Back” (Compétition)
Dépression – La co-scénariste Amy Koppelman  s’est dite très heureuse de l’adaptation de son livre, réalisée par Adam Salky qui signe ici son deuxième long-métrage. L’auteure ne dit pas si l’histoire est autobiographique. Elle laissera cependant échapper lors de la conférence de presse avoir mené une enquête rigoureuse avant de se lancer dans l’écriture. Au final, sur grand écran, nous suivons Laney Brooks – interprétée par l’exceptionnelle Sarah Silverman –  une femme tourmentée, rongée par la culpabilité avec la peur au ventre de transmettre à ses enfants son état dépressif .

“Cop Car” (Compétition)
Sales mômes – Deux  enfants en vadrouille à Quidam Country volent une voiture de police et  mettent alors le pied dans un engrenage qui se révélera infernal. La construction narrative de Jon Watts est efficace et c’est avec bonheur que l’on retrouve  Kevin Bacon dans le rôle d’un shérif véreux. Un film à suivre …  sans peine.

Nous ne pouvons passer sous silence les paillettes et le glamour qui enflammèrent de nouveau le tapis rouge deauvillais. Cette troisième soirée vit briller en effet le sourire d’Alison Brie, la comédienne principale de  “Jamais entre amis” qui était projeté en avant-première. Une bluette sentimentale pour clore ma journée. Pas mal, non ?

François Cappeliez